MENU

Francois Morellet

Pour Morellet, l’œuvre d’art ne renvoie qu’à elle-même. Son titre, généralement sophistiqué (l’artiste aime les jeux de mots), indique la règle du jeu qui a présidé à son élaboration.

Il entend contrôler le processus de création et démystifier la mythologie romantique de l’art et de l’artiste, en justifiant chacun de ses choix par un principe établi au préalable, qui peut d’ailleurs aller jusqu’à faire intervenir le hasard dans certaines composantes de l’œuvre. Ainsi, il multiplie les références mathématiques dans son travail, dont certains titres expriment l’idée que ses œuvres sont construites sur la base d’équations et de systèmes numériques généralement complètement inventés. Des inspirations avec les arts de l’islam ont été évoquées.

L’application rigoureuse des notions de géométrie, apporte au fil des années une approche spatiale qui le situe d’emblée à l’avant garde de l’art concret ou art minimal. Trois artistes américains, Ellsworth Kelly, Frank Stella et Sol LeWitt ont poursuivi des recherches similaires à celles de François Morellet. Cela aboutit à une création d’où le sentiment est absent : « Une expérience véritable doit être menée à partir d’éléments contrôlables en progressant systématiquement suivant un programme. Le développement d’une expérience doit se réaliser de lui-même, en dehors du programmateur ».

Cette recherche de la neutralité active conditionne le propos de François Morellet et l’inscrit dans une contemporanéité certaine qui peut se définir par des expérimentations comme les Répartitions aléatoires et les Trames depuis les années 1950, les Désintégrations architecturales depuis 1971, les Géométrees depuis 1983, les Défigurations depuis 1988 et les Déclinaisons de pi depuis 1998.

Artiste à forte réputation internationale usant de multiples supports comme matériaux (toiles, tableaux, adhésifs, néons, surfaces de bâtiments, etc.), il jouit d’une grande considération en France et en Allemagne se manifestant par un nombre important de commandes publiques et privées ainsi que dans de nombreux pays européens comme la Suisse, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas de même qu’aux États-Unis. Son intervention sur le lieu au travers d’une pratique in situ lui fait explorer les domaines de l’installation et de l’environnement. En 1991 il réalise en collaboration avec la manufacture nationale de Sèvres une série de trente plats au décor blanc sur bleu, dont une partie sera remise aux Grands prix nationaux du ministère de la Culture. La même année, il installe une première œuvre sur la façade du musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds, suivie en 1996 d’une deuxième, devenue un symbole identitaire de cette institution.

En 2002, il réalise Hommage à Lamour, une installation in situ au musée des Beaux-Arts de Nancy qui lui consacre une rétrospective l’année suivante.

Du  au , il propose au musée d’art moderne de la ville de Paris un projet d’exposition Blow-up 1952-2007, posant la question de l’agrandissement et de la reprise d’œuvres antérieures.

Second artiste à voir de son vivant une de ses œuvres exposée au Louvre, François Morellet a inauguré le  un décor pérenne commandé par le musée du Louvre, L’Esprit d’escalier. Il a investi les baies et oculi de l’escalier Lefuel (aile Richelieu), édifié au milieu du xixe siècle et « s’amuse à fragmenter et déstabiliser les vitrages en ferrailles un peu frustes, en les confrontant à leur propre image réalisée grâce à une technique ancienne et précieuse des maîtres verriers ».

L’association François-Morellet est créée en avril 2018 afin de préserver l’œuvre de l’artiste choletais (remise en état, inventaire, authentification ou encore expositions).

françois morellet 3
françois morellet 2
françois morellet 1
FERMER